Les lubies de Sowi

Petite bulle d'inspiration, quand j'ai le temps de passer sur mon blog ;P

28 septembre 2008

Précautions d'emploi des Huiles Essentielles

Je sais que celles (et ceux) qui s'y intéresse connaissent les dangers des Huiles Essentielles (HE) mais pour certaines personne néophyte, ce qui est naturel est sans danger. QUE NENNI!!! Alors voila un résumé qui en aidera plusieurs, j'espère, a se débrouiller dans tout ça.

  • Proscrire les voies intramusculaire et intraveineuse, que les huiles essentielles soient pure ou en complexe
  • Tenir hors de portée des enfants.
  • Toujours mélanger les huiles essentielles dans de l'huile végétale pour les applications cutanées
  • Jamais d'huiles pures dans les oreilles, le nez et les zones génito-anales
  • Attention aux paupières, contours des yeux, visage en général, dessus du crâne, aisselles, plis des aines
  • Certaines huiles essentielles possèdent des furocoumarines, elles sont photosensibilisantes, ne les utilisez pas avant une  exposition solaire.  Il s'agit des H.E. de zeste d'agrumes (citron, mandarine, orange...)
  • Respecter une période de repos allant de dix jours à deux semaines après chaque utilisation de 2 semaines max
  • Les huiles essentielles ne sont pas solubles dans l'eau, il est impératif de les mélanger dans un excipient avant de avant de les verser dans le bain
  • Respecter les dates de péremption

          -Huile essentielle : 5 ans maximum
          -Essence (zeste expressés): 2 ans max si gardé au frais
          -Hydrolat : 2 ans

  • Ne jamais utiliser une huiles essentielle sans la connaitre et sans vérifier sa provenance (elle doit avoir son nom latin indiqué)
  • Très volatile, tenir les huiles essentielles bien fermer avec leur bouchon
  • Tenir les flacons debout afin d'éviter la destruction du bouchon

Précautions d'emploi et Danger des huiles essentielles (HE)

Nous nous adressons à des professionnels avertis qui se doivent d'informer eux-mêmes leur clientèle. Il nous a paru cependant nécessaire de rappeler les principales précautions à prendre pour l'utilisation des huiles essentielles.

En cas de doute, il faut toujours demander l'avis d'un médecin aromathérapeute et utiliser les huiles sous son contrôle. Ceci est surtout indispensable pour les personnes fragiles, les femmes enceintes et les enfants.

Étant donné que les indications et la posologie des HE à employer n’apparaissent pas sur les étiquettes, seul un aromathérapeute est à même de conseiller utilement.

Cette recommandation revêt encore plus d’importance lorsqu’il s’agit d’HE potentiellement toxiques. Certaines sont même mortelles à dose peu élevée. Ainsi, une cuillère à café d’HE de Thuya, par exemple, peut suffire à provoquer la mort. Heureusement, la plupart de ces HE – d’ailleurs peu nombreuses – ne sont pas en vente libre.

Voici néanmoins une liste assez exhaustive des HE avec lesquelles il faut être particulièrement prudent. Certaines présentent des effets secondaires :


Dermo-caustiques      

Les phénols, les aldéhydes aromatiques, certains aldéhydes terpéniques et certains esters peuvent irriter les peaux sensibles. D’où la nécessité de les diluer avec des huiles végétales.

Ce sont : Cannelle de Ceylan, Basilic exotique, Menthe, Clou de girofle, Niaouli, Thym (à thymol), Pin sylvestre, Marjolaine, Sarriette, Lemon-grass.


Photo sensibilisantes      

Les furocoumarines des essences d’agrumes (citron, orange amère, bergamote), d’Ammi visnaga (khella) et l’Angélique (racine) sont photosensibilisantes. On conseille donc d’éviter leur application avant toute exposition solaire.


Allergisantes

Toutes les HE sont à utiliser avec précaution chez le sujet allergique. Un test simple consiste à appliquer dans le pli du coude 2 à 3 gouttes de l’huile essentielle à utiliser. Attendre 20 minutes pour constater d’éventuelles réactions allergiques. Attention à la Cannelle de Ceylan, la Menthe, la Litsée, la Mélisse.

Hépatotoxiques    

Les phénols pris à doses élevées et sur une durée prolongée peuvent altérer les hépatocytes. On emploiera des doses fortes sur un maximum de 10 jours ou des doses faibles pour des longs traitements. Il faut leur associer des HE décongestionnantes de la sphère hépatobiliaire. Le carvacol est le phénol le plus toxique des phénols. Les pyrannocoumarines (Ammi visnaga, apiacée) sont hépatotoxiques.


Néphrotoxiques      

Le Pin des Landes, le Genièvre, le Santal stimulent fortement l’activité des néphrons (cellules des reins) et pourraient engendrer une inflammation des reins. Elles doivent donc être utilisées sur une durée courte.


Neurotoxiques (épilepsie)             

Les cétones et, dans une moindre mesure, les lactones sont agressives pour les tissus nerveux et peuvent développer une toxicité suivant le type de cétone, la dose, la voie d’administration et la posologie (Camphre, Thuya, Hysope, Aneth).      

Risque de convulsions épileptiformes pour des doses allant de 35 à 70 gouttes avec l’Armoise, le Persil, l’Hysope et le Thuya.

sources 1,2, 3

Posté par Sowilo_ à 03:39 PM - Parlons nature - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , - Haut de Page
Il est important de comprendre que les huiles essentielles doivent être utilisé avec précautions. Les enfants de moins de 8 ans, les femmes enceintes, les épileptiques doivent consulter un professionnel avant d'en utiliser.

Commentaires

    merci Sowilo ,j,aime beaucoup cet article [content]
    Posté par Ancolie, 29 septembre 2008 à 08:11 PM
  • Beau récap bravo !!![smouch]
    Posté par caly, 30 septembre 2008 à 02:27 PM
  • @Ancolie: Mais tout le plaisir est pour moi puisque je sais que ça aide plusieurs personne.

    @Caly: Oh merci c'est gentiiiil, surtout venant de toi!
    [gêner]
    Posté par Sowilo, 30 septembre 2008 à 06:07 PM
  • C'est très bien de faire une petite piqure de rappel sur les hes.
    Bizz
    Posté par petiteclochette, 02 octobre 2008 à 02:12 AM

Le zieuteu s'exprime